Chargement

La Fabrique numérique : Un outil d’aide au personnel enseignant pour démystifier le numérique à des fins d’enseignement

Afin de développer la compétence numérique des élèves du deuxième cycle du secondaire, puis d’en faciliter l’enseignement, COlab innovation sociale et culture numérique lance aujourd’hui la Fabrique numérique. Cette plateforme donne au corps professoral l’accès à des capsules et jeux pédagogiques, à des exercices interactifs et à des rencontres avec des modèles québécois inspirants.

L’objectif est de lui fournir les connaissances nécessaires afin qu’il enseigne la compétence numérique dans les grands domaines d’apprentissage que sont les langues, les mathématiques, les sciences et les technologies, les arts, l’univers social et le développement personnel.

« En lui procurant des contenus pédagogiques contextualisés clés en main et prêts à l’utilisation, notre outil le sécurisera face à l’univers du numérique, estime Josée Gauthier, directrice générale de COlab. Chaque personne revivra d’abord le plaisir d’apprendre, puis constatera vite qu’il n’est pas impératif de maîtriser à fond cette discipline pour la faire découvrir aux jeunes. Quant à ceux-ci, ils bénéficieront de contenus accessibles, enrichissants et stimulants! »

Les activités ont été élaborées spécifiquement pour répondre au Plan d’action numérique en éducation du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec. Elles sont axées sur un système de gestion autonome des apprentissages. La plateforme s’avère ainsi un tout-inclus utilisable en classe. Cet allié élimine la barrière à enseigner quelque chose qu’on maîtrise moins. Pour les jeunes, le tout est motivant, intéressant et interactif.

Préparer l’avenir

Unique et innovatrice, la plateforme de COlab s’inscrit dans un contexte marqué par la transformation numérique et l’essor des nouvelles technologies. Désormais, le développement des compétences numériques constitue un enjeu primordial, rappelle d’ailleurs Josée Gauthier. « Les innovations technologiques transforment le marché de l’emploi et influent sur les compétences recherchées par les entreprises, dit-elle, signalant au passage la faible représentation féminine dans ce secteur. Nous visons aussi à changer la culture du numérique dans le système d’éducation et dans la société pour que les jeunes, en particulier les filles, s’y reconnaissent et s’y sentent accueillis. »

Parcours d’apprentissage ludique et innovant, la Fabrique numérique repose sur sept thèmes : science des données, robotisation, cybersécurité, programmation, infonuagique, arts numériques et intelligence artificielle. Pour chacun d’eux, la plateforme propose des capsules informatives et interactives, des activités pédagogiques ludiques et des ateliers.

De plus, des rencontres vidéo sous la forme de baladodiffusions permettront de s’inspirer du parcours et de l’expérience d’une quinzaine de gens d’affaires et autres spécialistes reconnus œuvrant dans diverses sphères du numérique et au sein d’organisations réputées comme Google, Meta, Ubisoft, CGI et autres.

Déjà, un enthousiasme bien réel

Afin d’accéder à ce riche contenu pédagogique, le personnel enseignant n’a qu’à se rendre à fabrique-numerique.com, puis à s’y créer un compte sans frais. Une séance s’ouvrira ensuite, permettant la navigation en toute liberté.

Les dynamiques vulgarisateurs scientifiques Stéphanie Jolicœur et Thomas Milan accompagneront les élèves dans leur parcours tout en agissant comme porte-paroles de la plateforme. Animatrice et éducatrice scientifique, Stéphanie participe à des spectacles d’art-science, anime des conférences et des capsules vidéo, et collabore à la recherche pour des émissions axées sur la science. Quant à Thomas Milan, c’est un docteur en biologie moléculaire passionné de vulgarisation scientifique et toujours prêt à défendre l’accès à la science. Il a fondé la chaîne Twitch Sciences à la carte.

La Fabrique numérique a été testée avec grand succès dans une vingtaine de classes l’hiver dernier. Dans le but de s’intégrer parfaitement à un cours type, les contenus y ont été produits pour en respecter la durée moyenne. « Les jeunes l’ont adorée, souligne avec fierté Anne-Marie Bérubé, conseillère de COlab. Plusieurs y ont découvert des professions et des métiers qui leur étaient inconnus. D’autres n’ont pas vu le temps passer, tellement leur plaisir était grand. »

Cet avant-goût prometteur laisse présager qu’environ 15 000 jeunes bénéficieront de la Fabrique numérique durant la prochaine année scolaire. D’ici 2025, COlab souhaite l’étendre aux écoles primaires et, éventuellement, au Canada anglais. Cette initiative a nécessité une année de développement et une équipe d’une demi-douzaine de personnes. Elle a été réalisée en partie grâce à un soutien de 1,5 million $ du gouvernement du Canada par son programme CodeCan.

« Soutenir les jeunes Canadiens dans leur accès au monde numérique, c’est assurer notre prospérité économique pour les prochaines années, conclut François-Philippe Champagne, ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. En investissant dans des ressources qui enseignent des matières comme le codage et l’analyse de données, nous aidons les élèves à acquérir les compétences nécessaires pour réussir dans l’économie de demain. Donc, nous sommes fiers de soutenir des projets comme ceux de COlab. En plus de permettre à nos jeunes de se doter des meilleurs outils, ils contribuent à développer l’innovation et à renforcer notre économie à plus long terme. »

À propos de COlab innovation sociale et culture numérique

COlab est un centre de recherche et d’innovation qui met en œuvre, expérimente et accompagne des projets d’appropriation des technologies afin d’accroître les capacités et compétences numériques des personnes, des entreprises et des collectivités.

 

Articles similaires

605, boulevard Auger Ouest, Alma (Québec), G8B 2B7

[email protected]

(418) 668-4458

Abonnez-vous à l’infolettre de COlab !

Recherche
×
Fermer